En Haïti, les enfants et les jeunes représentent la majorité de la population. Dans le but de leur permettre d’exprimer leur propre regard sur la catastrophe qui a frappé leur pays, PLAN a recruté au mois d’octobre dernier Natasha Fillion, photoreporter canadienne, et a entrepris de lui faire former 22 jeunes sur les moyens de témoigner de leur réalité quotidienne à travers la photographie.

Baptisé "Through our Own Eyes" ce projet s’articulait autour d’une formation accélérée aux techniques de la photographie (éclairage, composition et cadrage), afin d’envoyer ensuite ces jeunes parcourir Port-au-Prince, Jacmel et Croix-des-Bouquets, un appareil photo numérique dans la main.



Natasha a été enthousiasmée par les résultats : "J’ai dit à ces jeunes : c’est le moment de montrer au monde à quoi ressemble vraiment votre pays. Les jeunes ont pris ce projet vraiment au sérieux. Après deux jours d’entraînement seulement, ils ont pris des photos à la fois belles et si intéressantes. Leurs images montrent d’autres aspects d’Haïti, des choses que les autres médias ne montrent pas. Ils étaient vraiment contents qu’on leur demande de donner leur propre point de vue sur leur pays. Peu de gens demandent aux Haïtiens ce qu’ils veulent, ou ce qu’ils voient."

Luben, 14 ans, témoigne : "j’ai vraiment bien aimé prendre des photos. Je ne savais même pas me servir d’un appareil photo avant, mais maintenant je suis comme un vraie photographe. Ma photo préférée est celle d’un groupe d’oiseaux. Je leur ai d’abord fait peur avec mon flash, puis j’ai eu ce que je voulais : les oiseaux se sont envolés, et j’ai pris une 2e photo. Je la trouve très belle."
Vous pouvez retrouver les photographies de "Through our Own Eyes" sur YouTube.